Yeppoon notre point de chute – Février Mars 2015 (fin)

Vue sur la ferme

La saison des mangues se poursuit, les repas et les soirées aussi…bon avec des menus italiens et français, je ne parlerai pas des kilogrammes qui se sont invités à la fête haha 🙂

Et hop nous commençons par une superbe paella accompagnée de sangria avec une tarte au citron en dessert miammm :-p

Et ça continue :-p

Nous découvrons chaque jour de nouvelles choses; Robert et Joycelyn m’ont amenée sur les anciennes terres (juste à coté de chez eux) sur lesquelles, 25 ans plus tôt, ils travaillaient.

En effet, ils travaillaient pour des Singapouriens, propriétaires de milliers d’hectares de champs de café et de 800 vaches. Robert, ingénieur en système d’irrigation, avait comme mission de créer un gros lac pour assurer l’irrigation de ces milliers d’hectares. Il en construisit un de 100 hectares, le voici :

Puis, le gouvernement australien proposa un prix généreux pour racheter ces terres; les propriétaires singapouriens acceptèrent.  Les employés ont ainsi du quitter la propriété. C’est ainsi que suite à cela Robert et Joycelyn achetèrent leur terre actuelle et fondèrent leur business (arbres fruitiers et quelques vaches). Concernant les anciennes terres, le gouvernement décida d’y mettre des pins à la place du café et de louer les terres aux fermiers cherchant de l’espace pour mettre leur troupeau de vache. Ahlala quel dommage n’est ce pas ! Lorsque Robert et Joycelyn m’ont fait visiter cette propriété, j’ai bien senti un brin de nostalgie 🙂

Sur le chemin, en poussant quelques kilomètres de plus, nous nous sommes relaxés autour de Stony Creek. Le temps était de la bienvenue, nous avons passé un bel après-midi :-).

Coucou Miss Turtle 😉

Puis, nous avons trouvé la seule plante ne poussant dans aucun autre endroit au monde qu’ici même : ” Byfield fern“:

Bon d’accord il s’agit finalement que d’une fougère mais qui n’existe qu’en Australie quand même ! Bref hihi 😀

***

Le 20 Février dernier, la ville et les environs s’apprêtaient à accueillir MARCIA, sensé être un petit cyclone de catégorie 1, qui ne passerait qu’à coté de Yeppoon. L’année dernière, ce fut la ville de Townsville (à 600km) qui fut touchée et nous nous rappelons des inondations à la ferme et des jours passés à attendre que la pluie ne cesse et que le pont nous séparant de la ville soit de nouveau franchissable… Aujourd’hui, au fur et à mesure des heures, Yeppoon devient une cible parfaite…OOPS ! De catégorie 1, nous grimpons à la catégorie maximale en Australie, la catégorie 5…

La ville de Yeppoon est elle habituée à cela ? Bien sur que NON! Ahhhhh! Le dernier date de 1982…Nous comprenons alors pourquoi l’avant veille, les supermarchés se vident! Et la raison pour laquelle des jeunes se mettent à surfer ? Bon d’accord, pour une fois qu’il y a beaucoup de vagues mais quand même ^^.

Nous sommes passés de crise de fou rire la veille, imaginant les vaches et les canards passer au dessus de nos têtes à une réelle inquiétude lorsqu’à 8h du matin nous découvrons cela :

Les énormes gumtrees se sont écroulés dans le jardin, la ligne électrique est par terre, nous savons alors que les prochains moments risquent d’être forts en émotion… Personne ici n’a apparemment vu de tels vents, si violents, si puissants! Les vitres tremblent, nous croisons les doigts pour qu’elles ne se brisent pas…

Les bougies, la radio, le réchaud sont allumés…il fait assez sombre dans la maison, les animaux en sont terrorisés…

Mais les œufs cocotte de Jacques nous auront finalement bien réconfortés, les bières aussi  bien sur ^^.

D’après la radio, à 12h nous nous situions à 20km de l’œil du cyclone, les vents soufflant à plus de 270km/h! Une sacré expérience que nous vivons là!

Regardons cela de plus près :

Nous sortons pour découvrir les dégâts…

Les arbres fruitiers n’ont pas beaucoup résisté, il y a beaucoup de pertes, sans compter que nous devions ramasser les fruits la semaine qui suivait 🙁

Tous ces arbres brisés, effondrés, quelle catastrophe !

Les manguiers auront bien résisté mais les derniers fruits à ramasser sont tous à terres, irrécupérables…

Du travail nous attend !

Les vaches ne nous ont pas accueillis les “bras ouverts”, au contraire, elles étaient sacrément énervées et pour une bonne cause! Enfin, elles et leurs petits ont tous survécu et même l’une d’entre elle aura attendu la nuit suivante pour mettre bas. Le veau portera le nom de “Cyclone” 🙂

Avec cette grosse catastrophe, nous décidons de rester pour aider Robert et Joycelyn à nettoyer tout cela; c’est bien le minimum que nous pouvions faire après toute l’aide qu’ils nous ont apporté auparavant. Puis c’est surtout qu’aujourd’hui nous aidons nos amis…

Notre première soirée aux bougies sera mémorable; le vent et la pluie se sont arrêtés, le calme est presque angoissant. Robert est toujours là pour apporter un brin d’humour pour dédramatiser et sourit du coté romantique de nos dîners ^^.

La première nuit fut aussi étrange. J’avais l’impression que la journée avait duré une éternité, ce fut très éprouvant pour toutes les personnes présentes n’ayant jamais connu cela auparavant…

Le lendemain, une journée chaude s’annonce…Nous passons de 23 degrés durant le cyclone à 36 degrés, sans brise, sans air, sans l’ombre des vieux gumtrees.

Nous nous mettons au travail, difficilement : nettoyage de la terrasse, du frigo extérieur rempli de feuilles, du grand hangar d’empaquetage des fruits. Jacques et Robert commencent à tronçonner quelques parties des gumtrees pour dégager ne serait-ce qu’un peu leur jardin.

Sous 39 degrés, la douche solaire (oui certes c’est une douche solaire mais placée au maximum à l’ombre, l’idée n’étant pas de se brûler mais de se rafraîchir un minimum haha ^^), nous aura bien amusés 😀

Allez hop au travail !

Deux semaines plus tard, l’électricité est de retour, nous pouvons éteindre le gros générateur et dormir en silence ^^.

Nous déblayons les arbres encore et encore puis Jacques s’occupe de les brûler 🙂 Nous passons de sacrés bons moments autour des différents feux car qui dit feux, dit bières et chips bien sur 😉

Après quelques nuits étouffantes, nous imaginons toujours que les gumtrees dans le jardin disparaissent et que tout cela ne soit qu’un vilain cauchemar…et bien non, dès 7h du matin, au petit déjeuner, nous sentons la fumée provenant du jardin des voisins commençant déjà à brûler leurs branches. En discutant avec le voisinage et en tournant dans les alentours pour voir les dégats, nous avons pu nous rendre compte des énormes dommages : des toits carrément envolés, des vitres brisées, des arbres tombés sur les maisons. Quelle terrible catastrophe ! Certains devront tout reconstruire, repartir à zéro!

Personne ne baisse les bras, tout le monde se dit chanceux que tout cela ne soit finalement que matériel…et sous les grosses chaleurs qui suivent, nous continuons le nettoyage, quelques heures le matin et quelques heures en fin d’après midi quand le soleil est moins mauvais. La chaleur est toujours autant difficile pour moi à supporter après notre aventure dans le désert…Heureusement que Jacques est présent pour prendre soin de moi!

Après cyclone Marcia, cyclone Joycelyn veut aussi faire du ménage dans le jardin haha 😉 Tout ceci sous le regard attentif de Mr Kookabura, Marley et Bobby the butcher bird ^^

Bref, nous avons bien apprécié le retour de l’électricité pour pouvoir à nouveau passer du temps dans la cuisine à concocter de jolis petits plats 🙂

Puis arrive le moment où nous devons partir, nous ne pouvons malheureusement pas rester éternellement, de nouvelles terres et de nouveaux horizons nous attendent dans notre âme de voyageur!

Un mois après le cyclone, il est temps de dire un gros au revoir, à toutes les personnes que l’on a rencontrées, que l’on a appris à connaitre et que l’on aime aujourd’hui!

Les tournois de poker se sont multipliés en l’espace d’une semaine pour profiter au maximum de chacun…Les délicieux repas avec notre famille australienne nous ont fait passer des derniers moments magiques, tristes certes mais qui resteront à jamais gravés dans nos mémoires et nos cœurs!

Derniers moments au backpacker à Emu Park avec Vicky ma chère et tendre Irlandaise avec qui un rendez vous est déjà donné en France et en Irlande 😉

Une dernière soirée au coin du feu avec notre ami Dave nous a laissé un moment tellement pensif sur notre aventure australienne (l’effet magique et somptueux des flammes…)

Ce que nous pouvons voir, c’est que nous aurons VÉCU en Australie, nous n’aurons certainement pas vu tout ce qu’il y a à voir dans ce continent mais nous aurons vécu auprès de personnes locales, nous leur aurons appris à nous connaitre, nous aurons appris à les aimer.

Dire au revoir à tout le monde, en particulier à Michel et Yvette, nos “French Connexions” comme nous étions nommés par nos amis australiens, quitter Robert et Joycelyn qui nous auront fait tant découvrir de choses, d’histoires (Robert, le meilleur professeur d’anglais que je n’ai jamais eu ^^), d’expériences, parfois totalement folles avec les grosses araignées ou les serpents haha :-D, quitter mon irlandaise Vicky et nos amis d’Emu Park avec lesquels de vrais liens s’étaient crées, Ian et Sandi nos premiers employeurs à la ferme, devenus également des amis…C’est une étape qui reste toujours difficile! Mais au fond de nous, nous imaginons toujours qu’il y aura un moment, un endroit où nous retrouverons tout le monde, c’est bon d’y croire! C’est la première fois dans notre vie que nous construisons une vie dans un pays étranger…c’est impossible que cela nous laisse indifférent; je pense qu’il arrivera un moment où l’Australie nous rappellera 🙂

**********Ce n’est juste qu’un au revoir après tout ;-)**********

Ce contenu a été publié dans Carnet de Voyage. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *